Historique


De 1997 à 2002

Sous l'impulsion de la LPO France, des acteurs de l'éducation à l'environnement se regroupent sur le versant français pour former le premier réseau d'éducation à l'environnement des Pyrénées : le réseau Education Conservation Casseur d'os ayant pour vocation de sensibiliser à la conservation des espaces montagnards au travers d'une espèce menacée : le Gypaète barbu. Des rencontres annuelles sont instituées pour permettre à chacun de participer à l'expérience collective.

Fédérés par la production collective d'un dispositif pédagogique (projet et kit d'outils CAP Gypaète), les premières structures motivées font vite des émules. Tout au long de la chaine, les structures spécialisées en éducation à l'environnement rejoignent ce jeune réseau pour rencontrer d'autres professionnels de la médiation, partager des expériences, mutualiser des moyens et promouvoir des projets innovants. D'une espèce et de son habitat, les thématiques traitées s'élargissent et embrassent peu à peu d'autres groupes d'espèces.

Et le réseau grandit... Les rencontres annuelles des membres du réseau se déroulent tantôt en Aquitaine, tantôt en Midi-Pyrénées, tantôt en Languedoc-Roussillon.

En 2003

Forts de cette expérience et conscients de l'impérieuse nécessité qu'une éducation à l'environnement doit reposer sur les mêmes valeurs pour un même massif, les membres de ce réseau donnent une dimension « massif transfrontalier » à leurs actions. Ainsi, le réseau nord pyrénéen se transforme pour devenir le réseau Education Pyrénées Vivantes / Educacion Pirineos Vivos. La sensibilisation à la biodiversité des Pyrénées est alors au cœur du réseau.

Construire entre acteurs franco-espagnols de l'éducation à l'environnement des Pyrénées un langage commun qui précise nos partis pris pédagogiques et notre relation à l'environnement fut le premier objectif de ce réseau Education Pyrénées Vivantes. Afin d'inscrire les projets du réseau sur des bases partagées et dépasser les différences culturelles ou administratives, les membres du réseau ont co-écrit un document bilingue de référence qui permet d'exprimer les principes, valeurs et méthodes pédagogiques du réseau. Cette charte, premier résultat de ce partage transfrontalier, est le témoignage de nos volontés respectives et une photographie de l'état de nos connaissances, de nos convictions, de nos rapprochements. Elle constitue encore aujourd'hui notre socle commun.

Pour la première fois, des éducateurs à l'environnement français, aragonais et navarrais collaborent pour développer des outils de médiation, de découverte de la biodiversité du massif. Notre patrimoine commun est au cœur de nos motivations.

Et le réseau grandit... Les rencontres annuelles des membres du réseau s'exportent en Aragon puis en Navarre

Cette première expérience de coopération transfrontalière entre 2003 et 2006 renforce cette ambition de travailler ensemble de part et d'autre du massif, au-delà des frontières. L'expérience montre que c'est possible, que c'est enrichissant et que c'est cohérent.

Entre 2007 et 2009

Pendant cette période, les vicissitudes financières rendent la dynamique transfrontalière délicate. Toutefois en 2009, le programme européen de coopération transfrontalier Espagne France Andorre (POCTEFA) avec le soutien du ministère de l'écologie français, des régions, des autonomies espagnoles et du gouvernement andorran permet au réseau de franchir une nouvelle étape.

En 2010

La mobilisation de quelques structures membres catalanes et navarraises permet de renouveler la dynamique transfrontalière.Outre la biodiversité des Pyrénées, il convient de pouvoir répondre à tous les grands enjeux environnementaux du massif. Les membres du réseau sur leur territoire développent des actions de sensibilisation à l'environnement et au développement durable. Le réseau souhaite accompagner ses membres autour de ces thématiques et élargit son champ d'actions.


Et le réseau grandit ... Les rencontres annuelles des membres du réseau s'exportent alors en Catalogne en 2012 et reviennent en Navarre en 2013.

Les rencontres, leurs productions associées et leur gouvernance collégiale, motivent et provoquent du recrutement dans les territoires qui les accueillent. Le nombre de membres de cesse de s'accroître et avoisine les 60 structures. C'est le temps pour le réseau de travailler à améliorer sa propre visibilité et préciser par écrit sa gouvernance. Hébergé administrativement depuis sa création par la LPO France, il se dote un logo et des moyens de communication qui lui sont propres et qui donnent à chaque membre une possibilité de valoriser son travail.

En 2014

Comme en 1997 lors de sa création, les rencontres annuelles se déroulent en Midi-Pyrénées pour imaginer un avenir transfrontalier commun pour une meilleure sensibilisation aux nouveaux enjeux du massif.